Directoire pour le ministère et la vie des prêtres, 2013

Communion dans le presbyterium

34.  En vertu du sacrement de l’Ordre « chaque prêtre est uni aux autres membres du presbyterium, par des liens particuliers de charité apostolique, de ministère et de fraternité ».132 En effet, il est inséré dans l’Ordo Presbyterorum, constituant une unité qui peut se définir comme une véritable famille où les liens ne viennent pas de la chair et du sang, mais de la grâce de l’Ordre.133

L’appartenance à un presbyterium concret134 se réalise toujours, dans le cadre d’une Église particulière, d’un Ordinariat ou une Prélature personnelle – c’est-à-dire d’une “mission épiscopale”, non seulement en raison de l’incardination – ce qui n’empêche nullement le prêtre, en tant que baptisé, d’appartenir de manière immédiate à l’Église universelle : dans l’Église, personne n’est un étranger ; toute l’Église et tout diocèse est famille, la famille de Dieu.135

La fraternité sacerdotale et l’appartenance au presbyterium sont par conséquent des éléments qui caractérisent le prêtre. À cet effet, dans l’ordination presbytérale, le rite de l’imposition des mains de la part de l’évêque, auquel prennent part tous les prêtres présents, est particulièrement significatif ; il indique soit que tous participent au même degré de ministère, soit que le prêtre ne peut agir seul, mais toujours à l’intérieur du presbyterium, devenant confrère de tous ceux qui le constituent.136

« Les évêques et les prêtres reçoivent la mission et la faculté [le pouvoir sacré] d’agir in persona Christi Capitis, les diacres la force de servir le Peuple de Dieu dans la “diaconie” de la liturgie, de la parole et de la charité, en communion avec l’Evêque et son presbyterium ».137

Incardination, authentique lien juridique avec une valeur spirituelle

35. L’incardination dans « une Église particulière ou une prélature personnelle, ou un institut de vie consacrée ou une société qui possède cette faculté »138 constitue un authentique lien juridique 139qui a également une valeur spirituelle. En effet, c’est d’elle que provient « le rapport avec l’évêque dans l’unité du presbyterium, le partage de la sollicitude pour l’Église, le dévouement pastoral au service du Peuple de Dieu dans les conditions historiques et sociales concrètes ».140 

On ne doit pas oublier à ce sujet que les prêtres séculiers non incardinés dans le diocèse et les prêtres membres d’un Institut religieux ou d’une Société de vie apostolique qui vivent dans le diocèse et exercent à son service un office quelconque, même s’ils sont soumis à leurs Ordinaires légitimes, appartiennent de plein droit ou à un titre différent au presbyterium du diocèse en question,141 où ils « ont droit à la voix tant active que passive pour constituer le conseil presbytéral ».142 Les prêtres religieux en particulier, dans l’unité de leurs forces, partagent la même sollicitude pastorale en apportant leurs charismes et en « stimulant par leur présence l’Église particulière à vivre plus intensément son ouverture universelle ».143

Les prêtres incardinés dans un diocèse, mais pour le service d’un mouvement ecclésial ou nouvelle communauté approuvé par l’autorité ecclésiastique compétente,144 seront conscients d’être membres du presbyterium du diocèse où ils réalisent leur ministère, et de devoir sincèrement collaborer avec celui-ci. L’évêque d’incardination à son tour promouvra positivement le droit à la spiritualité propre que la loi reconnaît à tous les fidèles,145 il respectera le style de vie requis par l’appartenance au mouvement et saura, selon les normes du droit, permettre que le prêtre apporte son service à d’autres Églises, si cela fait partie du charisme du mouvement,146 en s’efforçant dans tous les cas à renforcer la communion ecclésiale.

 


 

132  Jean-Paul II,  Exhort. ap. post-synodale Pastores dabo vobis, 17 ; Cf. Conc. Œcum. Vat. II, Constitution dogmatique Lumen gentium, 28 ; Décr. Presbyterorum Ordinis, 8 ; C.I.C. can. 275, §1.

133  Cf. Jean-Paul II,  Exhort. ap. post-synodale Pastores dabo vobis, 74 ; Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples, Guide pastoral pour les prêtres diocésains des Églises dépendant de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples, 6 : l.c., 1593-1594.

134  Cf. Conc. Œcum. Vat. II, Décr. Presbyterorum Ordinis, 8 ; C.I.C. can. 369 ; 398 ; 499.

135  Cf. Conc. Œcum. Vat. II, Constitution dogmatique Lumen gentium, 8 ; Benoît XVI, Angelus (19 juin 2005) : Enseignements I (2005), 255-256 ; Jean-Paul II,  Exhort. ap. post-synodale Ecclesia in Africa, 63.

136  Cf. Pontificale Romanum, De Ordinatione Episcopi, Presbyterorum et Diaconorum, cap. II, 105 : 130, l.c., 54 ; 66-67 ; Conc. Œcum. Vat. II, Décr. Presbyterorum Ordinis, 8.

137  Catéchisme de l’Église Catholique, 875.

138  C.I.C. can. 214-215.

139   Cf. Jean-Paul II, Discours dans la Cathédrale de Quito aux Évêques, aux Prêtres, aux Religeux et aux Séminaristes (29 janvier 1985) : Enseignements VIII/1 (1985), 247-253.

140  Jean-Paul II,  Exhort. ap. post-synodale Pastores dabo vobis, 31.

141  Cf. Ibid, 17, 74.

142  C.I.C. can. 498 §1, 2°.

143  Jean-Paul II,  Exhort. ap. post-synodale Pastores dabo vobis, 31.

144  Cf. ibid., 31 ; 41 ; 68.

145  Cf. C.I.C. can. 214-215.

146  Cf. C.I.C. can. 271.